close
RTL

Google Stadia : tout ce que l’on sait sur le futur service de jeu vidéo en streaming

Google Stadia : tout ce que l’on sait sur le futur service de jeu vidéo en streaming



Les contours de la future plateforme de cloud-gaming de Google se précisent, un peu moins de trois mois avant son lancement officiel. Lundi 19 août, le géant du Web a profité de l’ouverture de la convention GamesCon, le salon annuel européen du jeu vidéo qui se tient chaque année en Allemagne, pour diffuser une nouvelle vidéoconférence consacrée à Stadia. L’occasion de révéler une dizaine de nouveaux titres venant s’ajouter à son catalogue et d’apporter de nouvelles certitudes sur la fiabilité du service.
Google Stadia n’est pas une plateforme de jeu vidéo classique. Elle repose sur le cloud gaming et promet de pouvoir jouer instantanément, avec d’excellentes performances graphiques (1080p et 60 images seconde) sans avoir à posséder une console de salon. Il est accessible à l’aide d’une simple connexion à Internet en très haut débit depuis un PC, une télévision, une tablette ou un smartphone. Au lancement, seuls les téléphones Pixel 3 et 3A de Google seront compatibles mais l’iPhone et des tablettes seront ajoutés plus tard.
Google Stadia sera lancé en novembre dans quatorze pays, dont la France, sous la forme d’un Pack Fondateur. Pour 129 euros, la formule inclut une clé HDMI Chromecast Ultra (80 euros pièce), permettant de diffuser en streaming le contenu de Stadia d’un appareil mobile ou d’un PC vers un téléviseur, une manette Stadia bleu nuit (70 euros) et trois mois d’abonnement offerts au portail Stadia Pro (9, 99 euros par mois).
Deux formules sont par ailleurs proposées. Un abonnement gratuit permettra de jouer avec une résolution bridée à 1080p mais il faudra acheter chaque jeu pour pouvoir y jouer. Un abonnement payant à 9,99 euros par mois donnera la possibilité de jouer en 4K à 60 images par seconde à des dizaines de titres gratuitement. Google n’a pas encore communiqué la liste. Les autres jeux devront être achetés à l’unité pour pouvoir être diffusés sur vos appareils.

Un catalogue en développement
Google peut compter sur le soutien de plusieurs éditeurs de premier ordre (Ubisoft, id Software, Q-Games,Tequila Work) et des partenariats avec les principaux outils de développement (Unreal, Unity, Havok, AMD, CryEngine). Son catalogue de jeux promet de s’étoffer d’ici au lancement. Il comprend certains blockbusters comme Assassin’s Screed Unitiy, Destiny 2, NBA 2K ou Football Manager 2020 auxquels se sont ajoutés lundi le très attendu jeu de rôle Cyberpunk 2077 ou Mortal Kombat 11.
Les jeux annoncés au lancement :
– Baldur’s Gate- Ghost Recon: Breakpoint- Gylt- Get Packed (2020)- Tom Clancy’s The Division 2- Doom Eternal- Wolfenstein: Youngblood- Borderlands 3- Mortal Kombat 11- Assassin’s Creed Odyssey- Just Dance- Metro Exodus (2020)- Darksiders Genesis – Power Rangers : Battle for the Grid – Watch Dogs : Legion (2020)- Marvel’s Avengers (2020)- Gods & Monsters (2020) – Mortal Kombat 2- Doom Eternal – The Crew 2- Grid- Football manager 2020 – Farming Simulator 19- The Elder Scrolls Online- Trials Rising – Shadow Of The Tomb Raider – Dragonball Xenoverse 2- Thumper – Final Fantsay XV- Rage 2- Samurai Shodown
Les jeux annoncés à la GamesCon :
– Attack on Titan 2- Borderlands 3 – Cyberpunk 2077- Destiny 2 : Shadowkeep (nouvelle extension)- Darksides Genisis – Destroy All Humans Remake- Doom Eternal- Farming Simulator 19- Grid- Kine- Orc Must Die 3- Mortal Kombat 11- Samurai Shadows- Super Hot- The Elder Scrolls Online- Windjammers 2
Des débits élevés et stables sont nécessaires
Google Stadia ne propose pas une offre illimitée à la Netflix mais une technologie permettant de jouer à des titres achetés ou possédés par l’utilisateur sans posséder une machine haut de gamme à condition de disposer d’une connexion suffisamment importante. Google préconise un débit d’au moins 10 mégaoctets par seconde en vitesse de téléchargement et de 1 mégaoctet par seconde en émission pour jouer à un jeu sur la plateforme. Compter plutôt 35 mégaoctets par seconde pour jouer en 4K. Un outil a été mis en ligne pour vérifier sa vitesse de connexion.
Certains observateurs craignent que Stadia soit un peu en avance sur son époque et que la majorité des utilisateurs ne disposent des infrastructures suffisantes pour profiter du service. En attendant la généralisation de la 5G, qui doit accompagner le développement du cloud gaming, tous les joueurs ne seront pas logés à la même enseigne. En cas de latence à cause de débits faibles et instables loin des villes par exemple, un joueur préférera revenir à la sécurité de l’expérience offerte par un jeu vidéo physique à celle du flux dématérialisé.
Google s’est montré rassurant lundi en faisant la démonstration de jeux comme Mortal Kombat dont l’expérience est conditionnée à la fluidité et la vitesse d’exécution de la plateforme. La firme de Mountain View mise sur la puissance de son cloud informatique pour mettre en place rapidement les infrastructures nécessaires à la démocratisation du cloud gaming. Outre Google, Sony, Nvidia, Shadow ou Blacknut proposent également des offres de ce type. La plupart des professionnels estiment que les consoles de jeu vont disparaître au fil du temps au profit du streaming.
La rédaction vous recommande”Fortnite”, saison X : B.R.U.T.E, armes, Battle Pass… Quelles sont les nouveautés ?FIFA 20 : pourquoi la Juventus sera absente du jeu vidéoNintendo Switch Lite : prix, date de sortie, fonctionnalités… Ce que l’on saitStadia, le service de jeux vidéo de Google, sortira en France en novembre à 129 eurosXbox Scarlett : date de sortie, prix, configuration… Ce que l’on sait sur la console



Source link : https://www.rtl.fr/actu/futur/google-stadia-tout-ce-que-l-on-sait-sur-le-futur-service-de-jeu-video-en-streaming-7798202446

Author : Benjamin Hue

Publish date : 2019-08-24 07:12:00

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : RTL