close
RTL

Jacques Chirac : ce qu’a fait l’ancien président après son départ de l’Élysée

Jacques Chirac : ce qu’a fait l’ancien président après son




Jacques Chirac est décédé jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans. C’est son gendre Frédéric Salat-Baroux qui a annoncé la nouvelle. L’ancien président de la République a consacré près de cinquante années de son existence à la vie publique en France. Après avoir accédé à la fonction suprême en 1995, il quitte le palais de l’Élysée en 2007 après avoir été réélu en 2002. La Constitution de la Ve République prévoit que chaque président devienne membre du Conseil Constitutionnel au terme de son mandat.
Cette période post-présidentielle a été marquée par un rebond exceptionnel de sa cote de popularité, qui était au plus bas à la fin de son quinquennat (25% en 2007). Dès 2009, il prend durant de nombreux mois consécutifs la première place du baromètre IFOP-Paris Match de la personnalité politique préférée des Français. Un sondage daté du 9 mai 2015 consacre même Jacques Chirac comme “président de la Ve République préféré des Français” devant François Mitterrand avec 63% des personnes interrogées qui affirment qu’il était un “bon” président.

Retraite au Conseil constitutionnel
Le Corrézien de cœur a donc été intronisé le 17 mai 2007 au Conseil Constitutionnel, 11 jours après la victoire de Nicolas Sarkozy à la présidentielle et le lendemain de la fin officielle de son mandat de président. Il en a été membre de droit jusqu’à sa mort mais n’y a pas siégé très longtemps.
Il se met en retrait du Conseil constitutionnel à partir du 9 décembre 2010 en raison de son état de santé mais également à cause de ses ennuis judiciaires dans le cadre de l’affaire des emplois présumés fictifs de la Ville de Paris, qui semblait incompatible avec son rôle au conseil des “Sages”.
Sa condamnation pour détournement de fonds publics
Cette affaire des emplois présumés fictifs de la mairie de Paris a également marqué ses carrière politique et vie post-Élysée. Maire de Paris entre 1977 et 1995, son procès s’est terminé le 15 décembre 2011 par une condamnation à deux ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris. Une décision qui viendra tardivement, pour des faits qui remontent au début des années 90, en raison de l’immunité présidentielle qui protège le chef de l’État en France.
Plusieurs personnalités politiques, dont l’ancienne juge d’instruction Eva Joly, avaient ensuite réclamé sa démission de son poste au Conseil constitutionnel. Une décision impossible à prendre pour un membre de droit. Il avait par ailleurs déjà arrêté de siéger un an plus tôt. Jacques Chirac n’a pas pu assister aux audiences de son procès en raison de son état de santé qui s’est dégradé rapidement après ses deux mandats à la tête de l’État français.

Les problèmes de santé
Les problèmes de santé de Jacques Chirac ont ému de nombreux Français, qui le considèrent comme l’une des personnalités politiques les plus attachantes, notamment grâce à l’image d’épicurien qu’il dégage.
Hospitalisé en février 2014 pour une crise de goutte qui le faisait beaucoup souffrir, il se déplaçait, déjà à l’époque, avec beaucoup de difficultés. Cet état de santé n’a pas empêché l’ancien chef de l’État de reprendre la cigarette en 2013, d’abord en cachette puis en assumant totalement à partir de 2014.
Néanmoins, ses sorties se faisaient de moins en moins fréquentes. Il devait marcher avec l’aide d’une canne et en s’appuyant sur l’épaule d’une personne en public. Selon divers témoignages, il avait, à partir de 2014, du mal à reconnaître ses interlocuteurs. Ses proches disaient pudiquement qu’il avait “la mémoire capricieuse”.
Ses proches confiaient à RTL début 2014 que sa concentration lui faisait défaut, même s’il était encore capable de discuter longuement des arts premiers et de culture, des domaines qui lui sont chers. L’ancien président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, un fidèle, avait résumé : “C’est la vie, c’est la vieillesse, c’est la maladie – même s’il ne veut pas le montrer – qui gagne un peu plus de terrain.
La fondation Chirac
Après son mandat, Jacques Chirac déclare son intention de “servir autrement” et crée la Fondation Chirac. Ses engagements se sont prolongés à travers cette organisation qu’il a fondée en 2008 et qui est reconnue d’utilité publique. La fondation Chirac consacre la plus grande part de ses ressources à l’élaboration de programmes autour de trois objectifs : prévention des conflits, l’accès à des médicaments ainsi qu’à une santé de qualité et la défense de la diversité culturelle.
Exception faite de 2015, l’ancien président a assisté chaque année, malgré ses soucis de santé et ses difficultés de déplacement, à la remise du “prix de la prévention des conflits” dont il présidait le jury. La cérémonie de novembre 2014 est d’ailleurs l’une de ses dernières apparitions publiques. Il était accompagné de François Hollande et Alain Juppé.
Toujours influent à droite face à Sarkozy
Malgré son retrait de la vie politique à la fin de son mandat de président de la République, l’influence de Jacques Chirac s’est fait ressentir à plusieurs reprises. Il n’a jamais caché une certaine animosité envers Nicolas Sarkozy et n’a jamais hésité à s’afficher au côté des rivaux de l’actuel président des Républicains. Au point d’annoncer clairement qu’il allait voter pour François Hollande lors de l’élection présidentielle de 2012.

Après avoir finalement soutenu du bout des lèvres Sarkozy avant le scrutin de 2007, Jacques Chirac dresse en 2011 un portrait cassant de Nicolas Sarkozy dans le second tome de ses mémoires, intitulé Le temps présidentiel. Il le décrit comme un homme “nerveux, impétueux, débordant d’ambition, ne doutant de rien et surtout pas de lui-même”.
Dans la bataille pour 2017, Jacques Chirac a logiquement choisi en 2014 son ancien premier ministre, Alain Juppé, candidat déclaré à la primaire des Républicains. “J’ai toujours su qu’Alain Juppé serait au rendez-vous de son destin et de celui de la France”, avait-il déclaré au Figaro. Et d’ajouter : “Peu de choses pouvaient me faire plus plaisir.”

La rédaction vous recommandeDécès de Jacques Chirac : suivez en direct notre édition spécialeVIDÉO – Mort de Jacques Chirac : l’Assemblée nationale observe une minute de silenceDIAPORAMA – Mort de Jacques Chirac : l’ancien président en 45 images marquantesJacques Chirac : retour sur une vie pour et par la politiqueJacques Chirac est décédé à l’âge de 86 ans



Source link : https://www.rtl.fr/actu/politique/jacques-chirac-mort-ce-qu-a-fait-l-ancien-president-apres-son-depart-de-l-elysee-7780810998

Author : James Abbott,Marie-Pierre Haddad

Publish date : 2019-09-26 14:56:00

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : RTL

https://chaussuresbaskets.com   https://www.come2europe.eu   https://www.lejardin-adlibitum.net   https://instruments-demusique.com   https://www.7a7.info   https://www.lesjardinsdinterieurs.com/   https://vinsdivins.com   https://fourniturescolairepascher.net   https://newyork.7a7.info/   https://www.gaytravel-mykonos.com