close
RTL

Twitter et Facebook s’invitent dans la campagne présidentielle américaine

Twitter et Facebook s’invitent dans la campagne présidentielle américaine




Twitter marque sa profonde divergence avec Facebook dans le débat qui agite les États-Unis sur le laxisme des réseaux sociaux dans la diffusion des messages publicitaires par les candidats à la Maison Blanche. Face aux risques qu’ils font peser sur la démocratie, le patron du réseau social à l’oiseau bleu a fait savoir mercredi qu’il ne diffusera plus de publicités politiques sur sa plateforme à partir du 22 novembre. Une décision qui tranche avec la position de son concurrent Facebook qui continue de mettre en avant les messages payants de tous bords au nom de la liberté d’expression.
“Nous pensons que la portée d’un message politique doit se mériter pas s’acheter”, a tweeté Jack Dorsey, le co-fondateur et PDG de Twitter dans la soirée du 30 octobre. Le chef d’entreprise explique que les messages politiques doivent gagner naturellement en audience grâce aux abonnements à des comptes ou à des retweets. Selon lui, “payer pour avoir de l’audience, supprime ce choix et impose aux gens des messages politiques parfaitement optimisés et ciblés”.
Cette approche contraste avec la vision défendue par Mark Zuckerberg. Il y a quelques semaines, le patron de Facebook, accusé d’avoir favorisé l’élection de Donald Trump en 2016 en relayant la propagande russe sur sa plateforme, a décidé d’exempter les publications politiques de fact checking.
Jusqu’ici, les “affirmations fausses” étaient interdites sur le réseau, mais une exception a été créée début octobre pour les contenus comportant “une affirmation non vérifiable, exacte au moment de la rédaction, ou provenant d’un site web ou d’une page dont l’objectif principal est de diffuser l’opinion ou le programme d’une personnalité politique”.
Facebook défend la liberté d’expression
Les détracteurs de Facebook y voient une volonté de l’entreprise de profiter des obligations pesant sur les médias audiovisuels pour se se placer en position avantageuse sur le marché très lucratif de la publicité électorale. Mark Zuckerberg leur oppose son droit de diffuser des publicités, y compris celles comportant des mensonges ou des contre-vérités, au nom de la liberté d’expression. Certains nous accusent de juste vouloir faire de l’argent. C’est faux. (…) Les publicités des politiques ne représenteront que 0,5% de nos revenus l’année prochaine”, a-t-il déclaré lors d’une conférence pour les analystes mercredi.
“YouTube (Google) et la plupart des plateformes internet diffusent ces publicités, tout comme la plupart des chaînes payantes. Et la loi oblige les télévisions nationales à le faire”, insiste-t-il. “Dans une démocratie, je ne crois pas qu’il soit juste que des entreprises privées censurent les personnalités politiques ou les informations”, a-t-il martelé, avant de rappeler les quelques exceptions, comme en cas d’incitation à la violence.
Le patron de Twitter a directement critiqué cette position, jugeant “peu crédible de dire : “Nous travaillons dur pour empêcher les gens de contourner les règles de nos systèmes pour diffuser des informations fausses mais si quelqu’un nous paye pour viser et forcer les gens à voir leur publicité politique… alors ils peuvent dire ce qu’ils veulent !”.
Il en va selon lui de la crédibilité des réseaux sociaux, qui sont très critiqués pour ne pas avoir entravé les campagnes de manipulation lors de la campagne de 2016 ou lors du vote du Brexit, et font face à de nouveaux défis comme “l’IA qui rend plus efficace l’impact des messages, le micro-ciblage qui permet de toucher les gens qu’il faut, des informations fausses non vérifiées et les vidéos deep fakes”.
La scène politique américaine divisée
La décision de Jack Dorsey a divisé la scène politique américaine. L’initiative a été saluée par la jeune élue démocrate Alexandria Occasio-Cortez, qui avait bombardé Mark Zuckerberg de questions sur le sujet lors de son audition au Congrès américain le 23 octobre. “Interdire la désinformation sponsorisée est l’une des décisions les plus élémentaire et éthique qu’une entreprise puisse prendre”, a‐t‐elle déclaré sur Twitter.
À l’inverse, le directeur de campagne de Donald Trump, Brad Parscale, a estimé que Twitter s’asseyait sur “des centaines de millions de dollars de revenus potentiels (…) une décision très stupide pour leurs actionnaires”. Twitter, comme Facebook, tire en effet l’essentiel de ses revenus de la publicité ciblée grâce aux données collectées sur ses utilisateurs. Le stratège républicain y voit “encore une tentative de réduire au silence les conservateurs, puisque Twitter sait que le président Trump a le programme en ligne le plus sophistiqué qui ait jamais existé”.
La polémique a notamment été attisée début octobre par un message publicitaire de la campagne présidentielle de Donald Trump sur Facebook – qui contenait des fausses informations sur un rival démocrate Joe Biden – et le refus de Facebook de la retirer. Pour démontrer l’absurdité, à ses yeux, de la position de M. Zuckerberg, Elizabeth Warren, actuellement en tête des sondages des candidats démocrates de 2020, avait acheté une publicité sur Facebook où elle affirmait – faussement – que le fondateur de Facebook et le réseau soutenaient officiellement la réélection de Donald Trump.
La rédaction vous recommandePour Mark Zuckerberg, Facebook aurait pu empêcher l’intervention américaine en IrakFacebook peut-il réinventer les appels vidéo en famille avec Portal ?Facebook : pourquoi vos partages d’articles n’ont plus d’image depuis jeudiFacebook, Google : démanteler les géants du numérique, mission impossible



Source link : https://www.rtl.fr/actu/futur/twitter-et-facebook-s-invitent-dans-la-campagne-presidentielle-americaine-7799364866

Author : Benjamin Hue

Publish date : 2019-10-31 14:38:00

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : RTL

https://francerestos.com   https://maillots-de-bain-shop.com   https://comptoirdubagage.biz   https://maillotde-bain.com   https://maillotsdebaindiscount.com   https://scbigcats.com   https://www.3653555.org/   https://vinsdivins.fr   https://brycedallashowardfans.com   https://www.claudedesplas.com/