close
Les Inrocks

Voici pourquoi ils ont marché contre l’islamophobie

Voici pourquoi ils ont marché contre l’islamophobie




Ils étaient des dizaines de milliers à défiler dimanche 10 novembre à Paris à l’occasion de la marche contre l’islamophobie. Un cortège très bigarré d’hommes, de femmes et d’enfants criant à l’unisson leur refus du racisme et des discriminations. Une réussite qui a satisfait les organisateurs, qui ont passé la semaine au cœur d’une tempête médiatique harassante. “Les médias ont menti sur nous. Un véritable rouleau compresseur pour nous dénigrer. Mais cela n’a pas marché. Vous êtes ici des dizaines de milliers pour demander le respect”, ont-ils déclaré durant le cortège. La raison de la controverse ? Certains signataires de cette tribune appelant à la marche, publiée dans Libération le 1er novembre dernier, comme l’imam Abou Anas qui, il y a dix ans, avait légitimé le viol conjugal.
Beaucoup de personnalités de la gauche n’ont pas caché leur malaise, comme la militante féministe Caroline de Haas, qui a préféré retirer son nom de cette tribune tout en appelant à participer au cortège. Elle s’en est justifiée dans un billet de blog sur Mediapart : ” J’ai demandé qu’on retire mon nom de la liste des signataires. Parce qu’il y a dans cette liste des personnes qui ont tenu des propos d’une violence sidérante à l’encontre des femmes. Et que je ne veux pas voir mon nom à côté du leur”.
D’autres ont préféré chipoter sur la définition du terme islamophobie. La palme de la meilleure excuse revient sans doute au député François Ruffin, qui a déclaré qu’il ne pourrait pas venir “parce qu’il avait foot”.

sas.cmd.push(function() {
sas.render(“84812”);
});

Ces atermoiements des personnalités politiques n’ont pas empêché les participants de venir nombreux battre le pavé contre le racisme et les discriminations subies par les musulmanes et musulmans de France. Voici les témoignages de six de ces manifestants, qui nous racontent l’islamophobie qu’ils ont pu subir et nous expliquent pourquoi ils sont venus manifester.

(Photo : Laury-Anne Cholez)

Taha Bouaf, l’un des co-organisateurs de la marche

“Quand j’étais gamin, je jouais au futsal au collège. A l’époque, j’habitais à Grenoble et j’étais monté dans le nord de l’Isère pour un tournoi. Dans le gymnase, l’homme de la fédération de futsal et l’arbitre ont refusé de commencer le match tant que ma mère, qui était voilée, restait dans les tribunes. Alors, on est repartis chez nous.
Plus récemment, je couvrais le procès d’un confrère Gaspard Glanz. Avant d’entrer dans la salle d’audience, j’ai présenté mes pièces professionnelles justifiant que je suis journaliste à l’agent de police afin de pouvoir utiliser mon téléphone pour prendre des notes. Au bout d’une heure trente de comparution, le juge a regardé dans ma direction en me prenant pour un prévenu et m’a demandé de cesser d’utiliser mon téléphone. Tout le monde s’est exclamé en disant que j’étais journaliste. Il s’est rendu compte de sa bêtise. Parce qu’un rebeu dans un tribunal, c’est forcément un prévenu.
Des choses dans ce genre-là, c’est constamment. Quand tu allumes ta TV, quand tu vas chercher du boulot, à l’école, c’est partout. C’est pour cela que cette marche ne sera pas qu’un one shoot. Il y a toute la gauche syndicale, politique et associative qui a appelé à nous rejoindre. On a imposé le mot islamophobie pour dire qu’il y a des discriminations envers les musulmans. Mais beaucoup de médias nous ont pilonnés de toutes leurs forces pendant une semaine, sans jamais nous inviter pour nous expliquer. Et en ressuscitant des politicards de seconde zone pour venir cracher sur notre marche. Ce qui montre bien à quel point cela leur fait mal aujourd’hui. On demande un plan national de lutte contre l’islamophobie. Que des mesures soient prises. Notamment dans les médias. Le CSA doit systématiquement sanctionner les propos stigmatisants à l’égard des musulmans.”

(Photo : Laury-Anne Cholez)

Aziza Zlidi, 38 ans, Antony

“Au travail, j’ai déjà entendu une responsable dire ‘j’en ai marre de toutes ces femmes voilées dehors’. Je l’ai signalé et elle a été sanctionnée avec un avertissement. Mais moi, au quotidien, je n’ai pas vraiment de soucis. Alors que ma sœur, qui est voilée a déjà eu des réflexions. On lui disait ‘retourne dans ton pays’. Elle a préféré ne pas répondre, mais moi, cela m’a choqué. Car la France c’est son pays, c’est mon pays.
Si je suis venue aujourd’hui, c’est pour soutenir les femmes voilées qui veulent pratiquer leur religion dans la paix et d’être libres de faire ce qu’elles veulent. Il n’y a pas de soumission contrairement à ce qu’on dit dans les journaux. Peut-être que ça existe, mais pas en France je pense. Si les femmes portent un foulard, c’est leur propre choix. Ce que je demande avant tout, c’est le respect. Notre religion est belle, elle est pour la paix. Il faut arrêter la bêtise et tous ces discours qui poussent à la haine.”

(Photo : Laury-Anne Cholez)

Ouardia, 42 ans, Roubaix

“Dès qu’il y a un attentat, je sais qu’au travail, ça ne va pas être comme d’habitude. Mes collègues vont en parler entre eux, mais pas avec moi. Alors que bien évidemment je vais dénoncer ces actes. De plus, on me demande souvent mon avis sur certains sujets, comme le mariage des couples homos. Comme si forcément, en tant que musulmane, j’étais homophobe. Alors que pas du tout ! Au contraire, notre religion nous apprend que chacun vit sa vie avec ses convictions. On n’a pas à interférer dans le choix des gens.
Je sais qu’il y a des femmes qui ont dû choisir entre le foulard ou le travail. Moi j’ai eu de la chance car je n’ai pas eu ce genre de problèmes. Mais l’air ambiant est devenu malsain. Et puis, il y a les regards sur les femmes qui portent le foulard. Je pense que c’est l’arbre qui cache la forêt. Ce qui leur pose problème, c’est la religion musulmane. Aujourd’hui, on parle d’émancipation, mais on veut nous imposer un stéréotype de femme. Le corps de la femme n’a jamais autant été instrumentalisé. Regardez les jeunes filles qui aspirent à avoir de gros seins ou de grosses lèvres, je ne pense pas que ce soit très gratifiant. N’est-ce pas non plus une autre forme de soumission ?”

(Photo : Laury-Anne Cholez)

Ali Rahni, 48 ans, Roubaix

“Je ne subis pas de discrimination au quotidien dans mon travail, car je suis éducateur dans le social. Mais mes enfants en subissent, oui. J’ai un gamin de 18 ans qui se fait régulièrement contrôler car il a une tronche un peu plus bronzée que les autres. Cela fait 25 ans qu’on crie et qu’on écrit sur les discriminations liées au contrôle au faciès. C’est une triste réalité. Quant à mon épouse qui porte le foulard, elle subit souvent des regards et gestes déplacés : des doigts d’honneur ou des phrases comme ‘rentre dans ton pays’.
Il y a un racisme assez décomplexé que je qualifie d’islamophobie. On peut tergiverser sur la sémantique, mais c’est un racisme primaire qui a des racines profondes dans une forme de pensée coloniale qui est restée. Je pense que c’est aussi une forme de distraction stratégique. Parler du voile pour ne pas parler des retraites, de l’assurance chômage, du problème des étudiants. Regardez, hier, un étudiant s’est immolé devant le Crous et ça passe comme une lettre à la Poste !”

(Photo : Laury-Anne Cholez)

Yasmina (prénom d’emprunt), 28 ans

“Je suis diplômée d’un bac + 5 en communication. Un jour, j’ai eu un entretien téléphonique pour un travail qui s’est très bien passé. On me disait quasiment que j’avais le poste. Pourtant, lorsque je suis arrivée à l’entretien physiquement, la personne m’a regardée de haut en bas et elle m’a dit qu’elle n’avait que 5 minutes pour me parler… Je ne comprends pas qu’on puisse mélanger les compétences avec la manière de s’habiller.
Pour moi, les discriminations sont aussi quand j’allume ma TV, avec les amalgames entre porter un voile, être soumise et le terrorisme. La France a un problème avec le voile, contrairement à d’autres pays comme l’Angleterre. Pourtant certaines femmes juives se voilent aussi. Même la Vierge Marie était voilée. Et dans une église, certaines se couvrent les cheveux. Pour moi, porter le voile est un choix religieux qui ne m’a été imposé par personne. J’ai d’ailleurs été l’une des premières de ma famille à le porter. J’aurais refusé qu’un homme me l’impose tout comme je refuse que des hommes politiques français m’imposent de le retirer. Je fais ce que je veux avec mes cheveux. Si je veux être pudique et voilée, c’est mon choix. On nous parle beaucoup de s’intégrer, mais je suis Française, née en France tout comme ma mère. Je n’ai pas à m’intégrer. J’ai plutôt l’impression que les non-musulmans voudraient que les musulmans s’assimilent à leur athéisme ou leur non-croyance.”

(Photo : Laury-Anne Cholez)

Ali Saïdi, Ivry-la-Bataille (Eure)

“J’habite un petit village dans l’Eure. Quand j’entre dans la salle d’attente du médecin, avec ma tête, on ne me dit pas ‘bonjour’. Dans ce village de 3000 habitants, il doit y avoir à tout casser 50 étrangers mais beaucoup de gens qui votent à droite, voire extrême droite. Ils regardent trop BFMTV, à mon avis.
Aujourd’hui, je suis venue avec mes trois filles, qui sont Françaises. Mais comme elles sont un peu ‘bronzées’, on continue de leur demander si elles le sont vraiment. Mais je ne vais pas leur inculquer le racisme, bien au contraire. Le 8 mai et le 11 novembre, on va au monument aux morts. On chante la Marseillaise le 14 juillet. Mais on ne veut pas de nous. Je crois que la France a un passé colonialiste qui ne passe pas. Au quotidien, il n’y a pas d’insultes bien sûr, les gens ne sont pas assez francs pour cela. C’est plus insidieux. Mais de toute façon, on a tellement l’habitude, qu’on y fait plus attention, ça nous passe au-dessus de la tête.”



Source link : https://www.lesinrocks.com/2019/11/10/actualite/societe/voici-pourquoi-ils-ont-marche-contre-lislamophobie/

Author :

Publish date : 2019-11-10 19:06:07

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : Les Inrocks

https://www.viagratmt.com   https://www.intellinews.org   https://liseuses.org   https://dedalusweb.fr   https://restaurant-japonais-paris.biz   https://unmaillotdebain.com   https://lesbeauxlivres.com   https://www.chaussuresdefootball.fr/   https://chaussures.biz   https://laboutiquehigh-tech-leblog.com