close
Huffington Post

Grâce au Téléthon 2019, elle est la première patiente à avoir reçu une greffe sous la rétine

Grâce au Téléthon 2019, elle est la première patiente à



SANTÉ – 10 années. C’est le temps que les équipes de l’I-stem et de l’Institut de la vision ont consacré à la fabrication d’une greffe pour les personnes atteintes de la rétinopathie pigmentaire. L’essai clinique a vu le jour en 2019 grâce au Téléthon qui a financé deux tiers de son développement. Celui-ci s’élève à plus de 10 millions d’euros. C’est une grande avancée pour les patients atteints de cette maladie, environ 30.000 personnes en France. Christelle Monville, membre de l’I-stem, explique que la rétinopathie pigmentaire, c’est la dégénérescence progressive des cellules photoréceptrices de la rétine. “Et les photorécepteurs, c’est ce qui nous permet de visualiser la lumière”, poursuit-elle.Les patients voient alors leur champ visuel rétrécir progressivement et à terme, complètement. C’est le cas de Ouiza Perez qui, à 56 ans, n’avait plus aucune visibilité. En septembre 2019, on lui a greffé des cellules, issues de cellules souches sous la rétine gauche. La quinquagénaire est la première à essayer la greffe. En trois mois, elle commence à percevoir de la lumière. “Je n’ai rien à perdre” Assise dans le studio du HuffPost, Ouiza Perez se souvient du jour de son opération et raconte. “Mon frère est également malvoyant et nous avons tous les deux testé l’essai clinique, mais j’y suis allée la première”.C’est au mois de septembre que le jour qui a changé la vie de la patiente a eu lieu. “C’était à l’hôpital des Quinze-Vingts à Paris, j’avais plus peur de l’anesthésie que de l’opération et j’avais raison, car ce n’était vraiment pas douloureux.” Ce jour-là, Ouiza Perez ne l’attendait plus. “Cela fait 56 ans de détérioration pour mes yeux. J’ai mon chien-guide, ma canne blanche, et je ne pensais pas un jour avoir droit à une greffe…”, confie-t-elle.Après avoir longuement discuté avec son frère qui teste également l’essai clinique, ils étaient d’accord :“le seul regret que l’on pourrait avoir, c’est de ne pas le faire. Pour ma part, je n’ai rien à perdre”. Et tout à gagner: en seulement trois mois, Ouiza voit des améliorations dans sa vision. “Je peux percevoir le scintillement de ma bague, de mon bracelet. Si je prends le métro et que je ne suis pas trop fatiguée, je peux voir la lumière des portes qui s’ouvrent. Ce n’était pas le cas avant la greffe.” Pas de miracle, mais des améliorationsOuiza étant la première patiente à bénéficier de la greffe, les médecins découvrent avec elle: “On ne pourra pas lui rendre totalement la vue, car une fois que les photorécepteurs ne fonctionnent plus, nous ne pouvons rien faire pour les régénérer. En revanche, la greffe fait en sorte que les autres photorécepteurs ne meurent plus”, explique Christelle Monville. Toute l’équipe médicale de l’I-stem ainsi que de l’Institut de la vision sont très optimistes quant à l’avancée des choses. La responsable de l’équipe rétinopathies de l’I-stem confie:“on ne s’attendait pas à un tel résultat sur Ouiza”. Ils attendent désormais de voir si les effets durent dans le temps. Lors de l’année 2020, dix autres patients de 18 à 65 ans bénéficieront de la même greffe que les frères et soeurs. Ils sont tous des patients dont la maladie est à un stade moins avancé qu’eux. Certains arrivent encore à percevoir le monde qui les entoure. “Le but de cette greffe est de stopper la progression de la maladie”. Christelle Monville a d’ailleurs de grands espoirs pour les enfants atteints :“pour l’instant nous testons avec les 12 patients, mais si cela se passe bien pourquoi ne pas proposer cette greffe pour les enfants. Leurs chances d’avoir une meilleure vue seraient grandes”. Pour cet essai clinique, il a fallu compter 250.000 euros par patient, entièrement financé par le Téléthon. Reconnaissante, Ouiza ajoute : “ma maman qui est décédée maintenant avait beaucoup d’espoir que la solution se trouve dans le Téléthon. Aujourd’hui, je me rends compte qu’elle avait raison”. À voir également sur le Huffpost:LIRE AUSSI
Google mise gros pour être accessible aux sourds et aux aveugles

“Je suis handicapé et ma ‘normalité’ n’est pas la même que la vôtre”



Source link : https://www.huffingtonpost.fr/entry/telethon-greffe-sous-retine_fr_5de4d642e4b00149f731fc00

Author : Lea Nicosia

Publish date : 2019-12-06 17:24:23

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : Huffington Post

https://www.jouet-discount.info/   https://rugby-247.com   https://www.materiel-camping.info   https://friendsearch.biz   https://francerestos.com   https://www.intellinews.biz   https://www.0news.net/   https://www.aio256.info   https://www.chaussuresdefootball.fr/   https://replica--watches.me.uk