close
Huffington Post

RER B, ce cauchemar qui illustre parfaitement le malaise des transports en Île-de-France

RER B, ce cauchemar qui illustre parfaitement le malaise des



Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, promettait la priorité absolue aux “transports du quotidien”. Le RER B, qui permet de relier le nord et le sud de la Région, est un passage quotidien obligé pour près d’un million de Francilien·nes. Un enfer quotidien dans des rames saturées, aux allures de bétaillères. Face à cette urgence, l’exécutif se voile la face.Non, le RER B ne pourra pas accueillir toujours plus de voyageur·euses. Ses usager·es méritent plus que du saupoudrage. Ils et elles méritent un véritable plan d’urgence aux réponses transversales s’attaquant aux racines du mal.Le RER B: un mal francilienLe RER B est la plus criante illustration des choix d’aménagement déraisonnés qui touchent toute la Région: d’un transport structurant, le RER B est devenu un cauchemar aux chiffres de performance alarmants. Un train sur 3 en retard sur certains tronçons (quand ils ne sont pas supprimés), des écueils qui coûtent chaque année 1,5 milliards d’euros par an à la Région. La spéculation foncière, la densification à l’extrême des villes aux abords du RER B conduit à cette situation ubuesque où certaines gares se retrouvent incapables d’absorber les besoins de mobilités des habitant-es qui vivent à proximité. Les usager·es de seconde zone deviennent alors des citoyen·nes de seconde zone, handicapé·es dans leur accès à l’emploi et aux opportunités.Le cas du “pôle multimodal de Massy” est éclairant: forte de ses 41% d’habitant-es supplémentaires depuis 20 ans, la commune se retrouve dépourvue de transports suffisamment dimensionnés pour satisfaire tous les besoins de mobilités. Les infrastructures cyclables, elles, y sont insuffisamment sécurisées alors qu’elles pourraient constituer une alternative utile pour bon nombre d’habitant-es. C’est toute la qualité de vie des usager-es qui s’en retrouve dégradée.Ne reproduisons pas les mêmes erreursLe projet du Grand Paris Express prévoit 200km de nouvelles lignes de métros dans 68 gares franciliennes. Les gares du Grand Paris Express, pas encore sorties de terre, ne semblent pas échapper à cette logique pernicieuse: une délirante spéculation foncière et densification démesurée autour des pôles multimodaux. Spéculation qui fait fuir les services et commerces de proximité. Dans ce contexte, comment offrir aux nouveaux·elles habitant·es les services, commerces, et lieux de vie dont ils et elles ont besoin? La suite est courue d’avance: une dépendance toujours accrue des francilien·nes à Paris.Alors que la raison nous enjoindrait de prioriser le RER B et les travaux nécessaires à sa désaturation, les lumières semblent braquées sur l’inutile et coûteux projet du Charles de Gaulle Express, train bling-bling destiné aux touristes internationaux. Les premiers travaux ont d’ores et déjà entravé les conditions de circulation de 12% de la population francilienne. Repoussées, le gros des réalisations interviendront pourtant avant l’arrivée des nouvelles rames du RER B. Nous demandons l’abandon de ce projet nocif aux francilien·nes.Conjuguer mobilité et aspiration de vie: le vrai plan d’urgence RER BRepenser les transports, c’est repenser la vie quotidienne des millions de francilien·nes. Personne ne veut subir le stress d’un métro-boulot-dodo dans des transports saturés. Le quotidien doit être repensé autour de la proximité: moins de dépendance à la capitale, c’est moins de déplacements forcés, et moins de saturation. À l’aune des élections municipales, alors que nombre d’élus locaux valident les choix de la présidence de Région en termes de transports ou composent même sa majorité, nous les enjoignons à prendre leurs responsabilités.Rapprochons les lieux d’emploi des citoyen·es. Moins de distance, c’est moins d’heures de pointe dans le train-train quotidien.Rapprochons les commerces des habitant·es. Arrêtons de faire sortir de terre des zones commerciales sans fin et sans vie et d’encourager leur création.Rappelons-nous que pouvoir se déplacer dans sa ville, à pied ou à vélo, et prendre le temps est un luxe dont bien des franciliens et franciliennes sont privé·es.Gardons en tête que changer la ville, c’est changer la vie! À voir également sur Le HuffPost:À la Gare du Nord, au 7e jour de grève, la cohue a repris le dessusLIRE AUSSI
Ces images de la cohue à Châtelet ont inspiré les internautes

BLOG – Rénovation de la Gare du Nord: comment les gares devraient nous faciliter la vie



Source link : https://www.huffingtonpost.fr/entry/rer-b-ce-cauchemar-qui-illustre-parfaitement-le-malaise-des-transports-en-ile-de-france_fr_5df11bf7e4b06a50a2e8abd3

Author : Julien Bayou

Publish date : 2019-12-11 17:25:03

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : Huffington Post

https://www.football365.info   https://snow-boots.org   https://monmaillotdebain.com   https://36x.biz   https://www.ebooks-france.com/   https://www.arabicnews.biz   https://www.lopera.org   https://monjardininterieur.com   https://snowboots.co.com   https://www.chaussures.biz/