close
L’Internaute

Tim Dup : “J’avais besoin de retrouver un peu d’imprévu”

Tim Dup : “J’avais besoin de retrouver un peu d’imprévu”




“Qu’en restera-t-il ?” Difficile de répondre à la question posée par le deuxième album de Tim Dup. Le chanteur de Rambouillet, plus de deux ans après son premier disque Mélancolie heureuse, a dévoilé son second opus le 10 janvier dernier. L’occasion pour Timothée Duperray, alias Tim Dup, de confirmer, avec brio, sa place dans la relève de la chanson française. “C’est l’industrie qui fait qu’un deuxième album c’est compliqué, parce que t’es à la fois pas tout neuf, donc on ne te découvre pas et en même temps, t’es pas du tout installé encore. Avec un deuxième album, y’a des choses à prouver. Un deuxième album c’est un tournant dans une carrière”, analyse l’artiste.

Pour Tim Dup, ce second album est un prolongement de Mélancolie heureuse, mais qui sonne également comme un nouveau souffle. “J’avais besoin de revivre des trucs. J’étais sorti un peu essoufflé de la première tournée qui ne s’était jamais arrêtée depuis l’EP jusqu’à la fin de la tournée du premier disque. Ça fait bien trois ans, donc tu sors de là, t’es un peu sur les rotules. T’as un vide à remplir… J’avais besoin de revivre des choses, rencontrer des gens, j’ai eu envie de voyager, de retrouver un peu d’imprévu”, nous confie-t-il. Ce second disque, Tim Dup l’a donc écrit en voyage, entre Paris et Tokyo. “Voyager, ça donne aussi une certaine conception du temps : tu sais que tu vas rentrer, donc c’est éphémère, mais avec une petite dose d’éternité dans nos vies qu’il faut remplir”, explique-t-il, avant de résumer : “Je suis un peu une éponge et je sais que quand je vis des trucs, j’écris. Alors autant vivre des trucs cool pour écrire des trucs cool !”

Le temps. Voilà un thème qui inspire cet artiste de 25 ans, curieux de tout ce et ceux qui l’entourent. “Cet album parle beaucoup d’être de passage, à la fois dans nos histoires quotidiennes, nos vies, et en même temps, si t’élargis l’échelle et que tu regardes la dimension du temps, nos vies, nos existences… Il n’en restera pas grand-chose. Mais si tu réduis l’échelle, plus tu as une petite dose d’éternité et libre à nous d’en faire des tas de trucs.” Tim Dup parle du monde qui l’entoure, de notre société actuelle, dans une description poétique, mélancolique, mais toujours pleine d’espoir. C’est là la dualité de ses chansons. Une idée reste depuis ses premiers titres, celle de “mélancolie heureuse”, qui avait donné son nom à son premier opus.

Qu’en restera-t-il ? sera l’occasion pour Tim Dup de repartir sur les routes de France avec une nouvelle tournée, qui passera, entre autres, par La Cigale à Paris le 27 mars ou par les Francofolies de La Rochelle, le 13 juillet.

Qui est Tim Dup ?

Né le 7 décembre 1994 à Rambouillet, Timothée Duperray, son vrai nom, s’est passionné très tôt de musique. Enfant, il prend des cours de piano et commence à composer. Parallèlement à des études en sciences sociales, il commence à se produire dans de petites salles et enchaîne les premières parties, notamment celles de Benjamin Biolay, Dominique A ou Philippe Katerine. “J’ai fait une première licence en sciences sociales, sociologie et sciences politique et après j’ai fait un master en médias et communication, nous explique Tim Dup. J’ai toujours fait de la musique à côté. Et en rentrant au CELSA (École des hautes études en sciences de l’information et de la communication, à Paris ndlr.) dans ma deuxième licence, la musique me prenait quand même pas mal de temps et j’ai sorti mon EP (Vers les ourses polaires, sorti en 2016), donc je loupais plein de cours.”

Tim Dup abandonne les bancs de l’école et se lance donc totalement dans la musique. Sortiront donc ses deux albums, Mélancolie heureuse en 2017 et Qu’en restera-t-il ? en janvier 2020. Un an plus tôt, Tim Dup avait été nommé aux Victoires de la musique dans la catégorie révélation scène. En plus de la musique, l’artiste réfléchit à d’autres projets, pourquoi pas “réaliser un film” ou “jouer, ça m’amuse grave”, concède-t-il. “Après, j’aimerais bien écrire un bouquin”, ajoute-t-il. Ce qu’on peut lui souhaiter pour la suite ? “De la curiosité et des beaux endroits à parcourir. D’aller essayer des choses, plein de choses.”



Source link : https://www.linternaute.com/musique/biographie/2452495-tim-dup-j-avais-besoin-de-retrouver-un-peu-d-imprevu/

Author :

Publish date : 2020-02-21 15:07:00

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : L’Internaute

https://radiobahrain.fm   https://sportgaststaette-erlabrunn.de   https://www.lesmeilleurs.eu   https://dedalusweb.net   https://4u7.org   https://www.espacebeauxarts.com   https://follement-bijoux.com   https://swallowcliffehall.com   https://fish--tank.com   https://dedalustats.com  
---
‘I have breast cancer and can’t be treated because of the coronavirus’ – Maclean’s *  Risques d’inondations : la Seine et la Garonne en vigilance orange *  Bogner Fire + Ice Tunique Eli *  Vital Signs: Tattooing pigments may present risks | Local News – The Daily Progress *  Real Betis 2-1 Real Madrid: Zinedine Zidane’s side suffer shock loss * 
La Brick, 13, rue Pradier 75019 Paris *  Trump seeks South Korea’s help for medical equipment to tackle coronavirus *  Liverpool & Widnes Vikings distribute protective equipment to social care workers *  Coronavirus deaths in UK jump to 578 as recording method changes *  Trump downplays coronavirus threat again, even as number of cases in U.S. surges *