close

Transmission du Covid : comment se contamine-t-on ? Une étude française fait le point

Transmission du Covid : comment se contamine-t-on ? Une étude française fait le point




SommaireLieux à risque de contaminationTransmission par les gouttelettesDurée de contagiositéTransmission par l’airTransmission par les objetsTransmission par les aliments et l’eauTransmission par voie sexuelleTransmission intra-utérineÉviter la contagion[Mis à jour le jeudi 17 décembre 2020 à 17h16] La propagation du Covid-19 continue presqu’une année après la découverte du virus dans la province chinoise de Wuhan, en décembre 2019. Les méthodes de transmission de la maladie infectieuse sont étudiées par les scientifiques depuis cette date. Certaines pistes ont émergé de ces recherches. Le coronavirus se propage plus facilement dans les lieux clos mal ventilés, où les protagonistes ne portent pas de masques. Le SARS-CoV-2 peut aussi être transmis par la projection de gouttelettes.Quels sont les lieux à risque de contamination au Covid-19 ?Une nouvelle étude intitulée ComCor a été dévoilée ce jeudi 17 décembre 2020. Cette dernière a été menée par le professeur Arnaud Fontanet, un épidémiologiste membre du Conseil scientifique, le gouvernement s’appuie même sur ce document pour prendre ses décisions. L’Assurance Maladie a contacté des personnes infectées par le Covid-19 à partir du 27 octobre afin qu’elles répondent à un questionnaire en ligne établi par l’Institut Pasteur. Les réponses de 30 330 personnes “ayant très vraisemblablement été infectées entre le 17 et le 30 octobre 2020” ont été utilisées par les chercheurs pour pouvoir écrire leurs conclusions. Afin d’obtenir des résultats plus précis dans certaines catégories, les réponses des soignants ont été séparées des autres. 25 644 réponses ont donc été retenues pour les contaminations au sein de la sphère privée. 35% de ces dernières ont lieu au domicile lorsque la source de l’infection est connue. Elle vient du conjoint dans 64% des cas, de la famille (33%), des collègues (29%) et des amis (21%). Il est précisé dans l’étude ComCor que “44% des personnes infectées connaissent la personne source qui les a infectées”. Autre donnée importante, l’isolement des malades : “Seulement 54%” des sondés se sont isolés “dès les premiers symptômes”.La transmission du virus dans l’espace public a aussi été étudiée. Arnaud Fontanet a expliqué que l'”on voit dans cette étude une augmentation du risque associée à la fréquentation des bars et restaurants”. Ces informations ne sont pas parfaitement exemptes de biais, puisque les recherches ont été faites aux mois d’octobre et de novembre. Lors de ces périodes, le couvre-feu puis le confinement ont été mis en vigueur, ce qui a conduit à la fermeture partielle voire totale de ces établissements. “La part réelle des restaurants et des bars dans la transmission” du Covid-19 n’est donc pas encore réellement connue. Toutefois, le scientifique a relevé que le risque a augmenté lors du confinement comparé au couvre-feu. L’épidémiologiste de l’Institut Pasteur a expliqué que “cela laisse entendre qu’il y a eu des bars et restaurants ouverts de façon clandestine pendant le confinement”. Les personnes y étant allées “s’y sont beaucoup exposées”. Les salles de sport font aussi parti des facteurs à risque, au même titre que le co-voiturage. Les commerces, quant à eux, ne semblent pas avoir participé à l’augmentation du nombre de cas en France.L’intégralité des résultats de l’étude ComCor sont indicatifs. Il est mentionné dans le document que bien qu’ils soient “cohérents avec ce que nous savons de la transmission du SARS-CoV-2”, ces résultats “sont à considérer avec beaucoup de prudence”, car ils “ne concernent que la période du couvre-feu et celle du confinement”.Des lieux très contaminantsUne étude américaine publiée dans la prestigieuse revue scientifique Nature le mardi 10 novembre 2020, a déjà exploité des millions de données pour y voir plus clair sur les lieux à risque. Dirigés par Serina Chang, de l’Université de Stanford, des scientifiques américains ont cartographié les déplacements de 98 millions de personnes du mois de mars à mai 2020. Les scientifiques ont retenu 57 000 lieux de domiciliation. Les déplacements recensés allaient jusqu’à 553 000 “points d’intérêt”, comprenant des commerces, boutiques, lieux de culte ou encore lieux d’hôtellerie et de restauration. Pour mesurer la dynamique du Covid-19 au sein des lieux publics, les chercheurs ont utilisé un modèle épidémiologique comportemental intitulé SEIR (Susceptible-Exposed-Infectious-Removed).Les résultats de cette étude ne sont pas une surprise. Ils suggèrent que les restaurants, les salles de sport, les cafés, les hôtels et les établissements religieux sont les endroits où le virus circule le plus activement. La majorité de ces lieux, classés en ordre décroissant des contaminations, ne requièrent pas le port du masque en permanence. Il s’agit aussi de lieux fermés, parfois mal ventilés, ou les activités (sport, chant, restauration, conversation) empêchent le port du masque et/ou favorisent la projection de gouttelettes par la bouche. Cette étude, bien qu’enrichissante, présente toutefois des limites. Les données mobiles n’étaient pas disponibles dans les écoles ou encore les maisons de retraite, des établissements très peuplés au quotidien. Les entreprises n’ont pas non plus été comptées.Le quotidien espagnol El Pais a aussi expliqué à l’automne 2020 que les lieux silencieux étaient moins propices à une propagation de la maladie. Si une personne malade est silencieuse, les aérosols sont peu nombreux. Lorsque cette dernière se met à parler, elle émet dix fois plus de particules qu’en restant muette.Comment éviter au maximum de se contaminer dans une voiture ?Le Covid-19 est donc plus enclin à se propager dans les milieux clos. Cependant, à l’approche des fêtes de fin d’année, il y a de grandes chances que vous empruntiez votre voiture pour vous rendre chez les membres de votre famille et/ou vos amis, et que ces derniers soient parfois avec vous dans le véhicule. Des chercheurs de l’Université du Massachusetts ont trouvé le moyen d’éviter de se contaminer lors d’un trajet en voiture. Cette étude a été publiée dans la revue Science Advances le 4 décembre 2020. Les scientifiques ont utilisé une Toyota Prius roulant à 80 km/h pour les besoins de cette recherche. Les chercheurs ont immédiatement exclu l’utilisation du mode “recirculation de l’air” de la voiture. Ce qui est le plus adapté, c’est l’ouverture des fenêtres. Il est préférable de toutes les ouvrir lors du trajet. Cependant, lorsqu’il fait froid ou qu’il pleut, cela semble compliqué de les maintenir ouvertes. Dans ces scénarios, les chercheurs ont expliqué que le conducteur à gauche devait ouvrir la fenêtre à sa droite. Le passager doit quant à lui être assis en diagonale derrière le conducteur du véhicule, puis ouvrir la fenêtre à sa gauche. L’air peut ainsi continuer de traverser la voiture ! “A notre grande surprise, les simulations ont montré un courant d’air qui agit comme une barrière entre le conducteur et le passager “, ont précisé les scientifiques.Une certitude : la transmission par les gouttelettesUne première précision doit être donnée ici, comme un préalable : la contamination au coronavirus se fait essentiellement via l’inhalation, par une personne saine, de gouttelettes contaminées, selon les différentes sites officiels (Organisation mondiale de la Santé, gouvernement ou ministère de la Santé, Haute autorité de Santé, Conseil scientifique, Ordre des médecins, revues scientifiques et médicales…). Cette contamination n’est possible, selon la majorité des études connues à ce jour, que par contact physique direct (accolade, bise, conversation à proximité…), suivi d’une inhalation immédiate des gouttelettes, ou d’une inhalation a posteriori, quand la personne saine porte ses mains à la bouche (après une poignée de main par exemple). D’autres formes indirectes de contamination sont aussi évoquées : celles d’une inhalation après un contact avec des objets ou surfaces contaminées par une personne porteuse et d’une inhalation de microgouttelettes “flottant” dans l’air, essentiellement dans un espace étroit, confiné et mal ventilé.On peut contracter le coronavirus “lorsque le virus entre dans la bouche, le nez ou les yeux, une situation plus probable lorsque les personnes sont en contact direct ou étroit (moins d’un mètre de distance) avec une personne infectée”, résume l’OMS. Les informations disponibles sur le site du gouvernement français vont dans le même sens : le Covid-19 “se transmet par les gouttelettes (sécrétions projetées invisibles lors d’une discussion, d’éternuements ou de la toux)”, indiquent les communications officielles. Un contact étroit avec un malade est nécessaire pour transmettre la maladie, il est notamment évoqué “le même lieu de vie, un contact direct à moins d’un mètre lors d’une discussion, une toux, un éternuement ou l’absence de mesures de protection”. Ces différents mode de contamination soulèvent néanmoins de nombreuses questions.Pendant combien de temps un malade du coronavirus est-il contagieux ?Les modes de transmission de la maladie continuent d’être étudiés par la communauté scientifique, depuis plusieurs mois. Par l’air, les animaux, les gouttelettes… Rien n’est laissé au hasard. Un autre aspect est toutefois examiné par les chercheurs : la durée de contagion d’une personne infectée par le coronavirus.Une méta-analyse a été publiée sur ce sujet dans la revue The Lancet Microbe. 79 études ont été analysées par les scientifiques sur le SARS-CoV-2, qui représentent au total 5340 individus. Les auteurs de cette grande étude ont indiqué que la charge virale du Covid-19 dans les voies respiratoires supérieures semble culminer lors de la première semaine d’infection. Aucune étude n’a découvert de virus vivant au-delà du neuvième jour, bien que les charges virales soient toujours élevées. Les chercheurs ont donc précisé que “le dépistage et l’isolement précoces des cas, ainsi que l’éducation de la population sur le spectre de la maladie et la période d’infectiosité sont essentiels pour contenir efficacement le SARS-CoV-2”.Selon l’Organisation mondiale de la Santé, les personnes infectées peuvent transmettre le Covid “juste avant qu’elles développent des symptômes (à savoir deux jours avant l’apparition de symptômes) et au tout début de la maladie”. C’est à ce moment là qu’elles sont les plus contagieuses. Selon la forme de la maladie, cette période de contagion peut être plus ou moins longue. L’OMS précise ainsi que “les personnes qui développent une forme grave de la maladie peuvent être contagieuses plus longtemps”. Le cas des asymptomatiques est aussi clairement abordé par l’organisation qui assure que “quelqu’un qui ne développe jamais de symptômes peut transmettre le virus à autrui”, même si les connaissances sont encore limitées et que “des recherches plus approfondies sont nécessaires dans ce domaine”.Le gouvernement français, pour sa part, indique que “le délai d’incubation”, autrement dit “la période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes” est de 3 à 5 jours en général. “Il peut toutefois s’étendre jusqu’à 14 jours”, écrit encore le ministère de la Santé. Et c’est bien pendant cette période de 3 à 14 jours qu’un malade peut être contagieux. C’est la raison pour laquelle une quatorzaine a été adoptée à travers le monde dans divers cas : en prévention dans certains pays pour toute entrée sur le territoire, face à une suspicion de Covid ou, dans la plupart des cas, après la détection de la maladie, à la suite d’un test positif. En France, cette quatorzaine a été ramenée à une “septaine” (7 jours) le 11 septembre 2020, après l’avis favorable du Conseil scientifique. “On est davantage contagieux dans les cinq premiers jours qui suivent les symptômes ou la positivité d’un test. Ensuite, cette contagiosité diminue de façon très importante, et au-delà d’une semaine, elle demeure, mais est très faible”, a alors expliqué le ministre de la Santé Olivier Véran. Selon lui, “au-delà de 10 jours, on est à moins de 5% de personnes contagieuses, et faiblement contagieuses”. Cette réduction à la septaine a pourtant fait débat dans le monde scientifique, certains spécialistes jugeant le risque trop élevé. Des exceptions ont été relevées dans des revus scientifiques, comme le cas d’une femme âgée asymptomatique pendant 70 jours, mais tout de même contagieuse, mentionnée dans la revue Cell. Un cas à part néanmoins.Le Covid-19 peut-il se transmettre par l’air ? La page consacrée au Covid-19 sur le site du ministère de la Santé est catégorique : “Non”, le coronavirus “ne peut pas vivre dans l’air tout seul”. “Le virus est transporté par les gouttelettes, il ne circule pas dans l’air tout seul, mais peut atteindre une personne à proximité (

Source link : https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2489515-transmission-du-covid-comment-se-contamine-t-on-une-etude-francaise-fait-le-point/

Author :

Publish date : 2020-12-17 16:16:00

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : L’Internaute

Transmission du Covid : comment se contamine-t-on ? Une étude française fait le point
https://chaussures-banyuls.com   https://www.mondialnews.com/   https://dedalustats.eu   https://1-maillot-de-bain.com   https://www.chaussures.biz/  
--
Rocketbook Housse pour Cahier Intelligent – Matière Noir – Format Lettre A4, Recyclable, Biodégradable, Porte stylo… *  Vilebrequin Shorty Coupe Droite Baby Trop’ – Fille *  IAEA Reviews Kenya’s Nuclear Infrastructure Development *  * Fulham 1-2 Leeds: Scott Parker admits best team won after Leeds defeat *  Maillot de bain USA deploys airmen, drones to corrupt in Romania… *  PSMA-targeted radiotracer pinpoints metastatic prostate cancer across anatomic regions – EurekAlert *  Euro 2020: Mats Hummels own goal gives France lead *  UEETEK Nid d’oiseaux Nid de coquille de noix de coco pour perruches Budgerigar et petit animal domestique *  * Mamie cherche les embrouilles *  FUN HOUSE – 712438 – Cars – Cube De Rangement avec Dossier *  https://casques-audio.fr   https://femmes.meilleureschaussures.com   https://www.choisir-sa-montre.com/   https://www.lecordonniermalchausse.com   https://www.3653555.org/   https://www.les-maillots-de-bain.com/   https://www.saintvalentin.biz/   https://www.collegae.net/   https://www.maillotdebain.co.com   https://unmaillotdebain.com   https://www.diagnosismesothelioma.org   https://www.chaussures-sport.biz/   https://collegae.net   https://www.moncafe.biz