close

Guerre en Ukraine : Kiev affirme avoir arrêté la progression russe

Photo transmise par le service de presse ukrainien des armées le 25 février 2024 montrant Le commandant en chef de l'armée ukrainienne Oleksandre Syrsky (D) lors d'une visite de positions sur la ligne de front dans l'est de l'Ukraine




Alors que Vladimir Poutine s’est félicité la veille des prises de guerre russes dans l’oblast de Kharkiv, Kiev indiqué ce jeudi 16 mai avoir arrêté “l’avancée” russe dans certaines zones de la région du nord-est de l’Ukraine.Le 10 mai dernier, la Russie avait lancé une attaque surprise dans la région, aboutissant à l’occupation de nouveaux territoires. Cette attaque à travers la frontière, par le nord, a pris de court des forces ukrainiennes affaiblies par le manque d’armements et d’hommes après plus de deux ans de guerre et des mois de retard de l’aide occidentale.Les infos à retenir⇒ L’Ukraine affirme avoir arrêté l’avancée russe⇒ L’armée russe “continue d’accumuler des forces” dans l’oblast de Kharkiv⇒ Vladimir Poutine remercie son homologue chinoisL’avancée russe stoppée selon KievL’armée ukrainienne a indiqué jeudi matin avoir arrêté “l’avancée” russe dans certaines zones de la région de Kharkiv (nord-est) où la Russie a lancé une attaque surprise le 10 mai, occupant de nouveaux territoires.Bien que “la situation dans le secteur de Kharkiv reste compliquée […] nos forces de défense ont réussi à stabiliser partiellement la situation”, a indiqué le porte-parole des forces ukrainiennes dans la région, Nazar Volochyne qui l’assure : “l’avancée de l’ennemi dans certaines zones et localités a été stoppée”.Même son de cloche du côté du populaire blogueur militaire ukrainien Ioury Boutoussov, suivi par un demi-million de personnes : “l’offensive russe dans le nord de la région de Kharkiv a été de facto stoppée”. Et de préciser quelques heures plus tard sur Facebook : “Les groupes d’assaut russes ont subi des pertes, mais n’ont pas encore été détruits, et les combats se poursuivent”.L’armée russe progresse à certains endroitsReste que dans certaines localités, l’armée russe “continue d’accumuler des forces” admet le blogueur. C’est le cas à Vovtchansk, ville de 19 000 habitants située à une soixante de kilomètres du nord de Kharkiv. Selon le gouverneur régional Oleg Synegoubov, quelque 8 779 personnes avaient été évacuées dans la région. Une quinzaine de personnes ont en outre été blessées dans divers bombardements dans la région.Il faut dire qu’en seulement une semaine, l’armée russe est parvenue à grignoter quelque 278 kilomètres dans l’Est de l’Ukraine. Et depuis le début de l’année 2024, la Russie a conquis environ 800 km2, soit plus que sur l’ensemble de l’année 2023 (600 km2). Selon une analyse jeudi de l’AFP à partir de données fournies par l’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW), son gain de territoire ukrainien le plus important depuis un an et demi.Si les chiffres peuvent paraître impressionnants, ceux-ci restent toutefois à relativiser. Et pour cause, l’avancée totale représente moins de 1 % du territoire ukrainien actuellement contrôlé par Moscou. Ces prises sont donc sans commune mesure avec les régions conquises par l’armée russe au début de l’invasion en février et mars 2022.Un conflit invisibilisé par la guerre au Proche OrientL’offensive russe dans la région de Kharkiv doit toutefois faire figure de “signal d’alarme” pour les alliés de l’Ukraine, a affirmé mercredi le ministre de la Défense britannique Grant Shapps, regrettant que les Occidentaux aient été “distraits” par d’autres conflits.”Il ne s’agit pas d’une guerre dans laquelle vous pouvez vous permettre d’être pleinement attentifs, puis de vous détourner ou de vous laisser distraire par un autre conflit, et ensuite vous attendre à ce que rien ne change sur le terrain”, a précisé Grant Shapps sur la chaîne Sky News. Et de marteler : “Nous devons soutenir (les Ukrainiens) tout le temps, et pas que périodiquement” a-t-il insisté, sans toutefois citer nommément le conflit à Gaza entre Israël et le Hamas, qui accapare la diplomatie occidentale et régionale depuis le 7 octobre.Vladimir Poutine, “reconnaissant” envers PékinLors d’une conférence de presse à Pékin aux côtés du dirigeant chinois Xi Jinping, le président russe s’est dit “reconnaissant […] pour les initiatives” visant à mettre fin aux conflit russo-ukrainien mises en œuvre par la Chine. Pays figurant parmi ceux n’ayant jamais condamné l’invasion russe en Ukraine.Moscou se dit ouverte à des pourparlers avec l’Ukraine pour mettre fin à la guerre, mais insiste sur le fait que Kiev doit accepter la situation sur le terrain, à savoir la revendication par la Russie de l’annexion des régions de Donetsk, Kherson, Lougansk et Zaporizhzhia.En parallèle, Vladimir Poutine a profité de sa visite officielle en Chine pour infliger un taquet aux alliances de sécurités dirigées par l’Occident dans la région indo-Pacifique, qu’il qualifie de “très nuisibles” et “contre productive”.

See also  Avec "Loire", Etienne Davodeau pousse les retrouvailles amoureuses au maximum du danger



Source link : https://www.lexpress.fr/monde/guerre-en-ukraine-kiev-affirme-avoir-arrete-la-progression-russe-O4PFF2B7ZJE2DDYVYLMZ7Z7KOE/

Author :

Publish date : 2024-05-16 08:57:09

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : L’Express

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .