close

Jordan Bardella élu président du groupe de Viktor Orban au Parlement européen

Bardella




Défait en France aux élections législatives, où il a obtenu 143 sièges, loin de la majorité absolue espérée, le Rassemblement national œuvre déjà en coulisses au Parlement européen. Le parti à la flamme a bien rejoint ce lundi le nouveau groupe nationaliste “Patriotes pour l’Europe” à Bruxelles, initié par le Premier ministre hongrois Viktor Orban. Et le président du RN, Jordan Bardella, va même prendre la tête de cette nouvelle force politique au Parlement européen, largement bâtie sur les vestiges de l’ancien groupe Identité et Démocratie.Avec l’arrivée des 30 eurodéputés du RN, ce nouveau groupe va devenir la troisième force politique au Parlement européen, avec 84 membres, venant de 12 pays différents. De quoi le placer assez largement derrière la droite pro-européenne (PPE) et les sociaux-démocrates (S&D). Mais devant le groupe de droite radicale ECR de Giorgia Meloni (78 sièges), ou encore le groupe libéral Renew auquel appartiennent les eurodéputés Renaissance (76 sièges).Dès ce dimanche soir lors de l’annonce des résultats électoraux en France, Jordan Bardella avait largement sous-entendu le ralliement de son parti au nouveau groupe de Viktor Orban. “Nos eurodéputés joueront dès demain [lundi] pleinement leur rôle au sein d’un grand groupe qui pèsera dans les rapports de force en Europe pour refuser la submersion migratoire, l’écologie punitive et la confiscation de notre souveraineté”, avait déclaré le patron du Rassemblement national, sans donner plus de précisions. La délégation à Bruxelles du RN a annoncé une conférence de presse pour lundi après-midi à la suite de la “réunion constitutive” de ce nouveau groupe.La Ligue de Matteo Salvini rejoint le groupeViktor Orban avait dévoilé le 30 juin son intention de former ce groupe parlementaire réunissant les formations des droites radicales et nationalistes, de concert avec le parti d’extrême droite autrichien FPÖ et le mouvement de l’ex-Premier ministre tchèque Andrej Babis.Une initiative qui a donc trouvé son public : ce lundi, la Ligue de l’Italien Matteo Salvini, forte de huit élus, a également signalé sur X sa participation à ce groupe qui réunit des formations des droites radicales et nationalistes sous le nom de “Patriotes pour l’Europe”. Cinq partis de différents pays ont également annoncé leur ralliement : le Parti pour la liberté (PVV) du Néerlandais Geert Wilders, le mouvement portugais Chega, l’espagnol Vox, et depuis ce samedi, le Parti populaire danois et le parti d’extrême droite indépendantiste flamand Vlaams Belang.Ce nouveau groupe reprend assez largement la composition de l’ancien groupe parlementaire Identité et Démocratie, l’AfD allemande en moins, le Fidesz de Viktor Orban en plus. Une formation politique qui était assez largement isolée et marginalisée des consensus et des décisions prises à Bruxelles.Une opposition au soutien militaire à l’Ukraine ?Ce ralliement du Rassemblement national et de ses 30 eurodéputés donne cependant un poids bien plus important à ce groupe. Le parti français prend ainsi de facto la tête de cette nouvelle force politique au Parlement européen en termes d’effectifs, le Fidesz de Viktor Orban ne comptant lui-même qu’une dizaine de sièges. Et à défaut de devenir Premier ministre, Jordan Bardella va donc prendre la direction de ce nouveau groupe à Bruxelles. De quoi porter à trois le nombre de Français dirigeant une formation politique au Parlement européen, avec Valérie Hayer pour le groupe Renew et Manon Aubry pour le Groupe de la Gauche. “Nous devenons plus forts chaque jour : le RN rejoint notre groupe politique des Patriotes pour l’Europe. Bienvenue aux patriotes français !”, a salué ce lundi sur X le secrétaire d’Etat hongrois Tristan Azbej.Pour Viktor Orban, l’ambition affichée est de faire entendre une voix différente au sein de l’Union européenne. Avec en premier lieu l’opposition au soutien militaire à l’Ukraine, lui qui s’est rendu unilatéralement à Moscou la semaine passée afin de rencontrer Vladimir Poutine et répéter sa demande de “cessez-le-feu”, déclenchant la colère de Kiev. Parmi les autres sujets que compte porter ce groupe, on retrouve également la lutte contre “l’immigration illégale” et le soutien à la “famille traditionnelle”, avait déclaré le Premier ministre hongrois.Mais pour ce dernier la création de ce groupe de “patriotes” peut cacher une autre ambition : celle d’aboutir, à terme, à une grande union des partis d’extrême droite à Bruxelles. “Viktor Orban a pour projet de rassembler les nationalistes et les souverainistes de diverses obédiences, de Giorgia Meloni à Marine Le Pen. En attendant, il se limite à créer un groupe qu’il appelle ‘Patriotes européens’, mais avec l’ambition qu’il puisse fédérer. A ce moment-là, évidemment, le point de vue du Premier ministre hongrois sur la Russie et la politique européenne vis-à-vis de Moscou ne serait plus forcément isolé”, expliquait à L’Express Jacques Rupnik, directeur de recherche au Ceri de Sciences Po”. Même si pour l’instant, Giorgia Meloni et Marine Le Pen semblent davantage poursuivre leur lutte à distance que leur rapprochement.



Source link : https://www.lexpress.fr/monde/europe/jordan-bardella-elu-president-du-groupe-de-viktor-orban-au-parlement-europeen-65JOJRIOGFAELPVC63RUB7LPGY/

Author :

Publish date : 2024-07-08 14:32:10

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags :L’Express

............................................................................................................................................+